« Dans chaque regard, une interprétation… »Portrait Sandra Modele de CroquezNous

Chers Artistes,

La première chose qui m’apparaît quand ma voix prononce le mot Art, c’est de la Lumière...et si je précise l’image...des faisceaux de Lumière qui explosent et jaillissent d’une porte fermée.

La Lumière est source de vie. Progressive ou brutale, elle anime l’Art-iste, participe du sentiment et du sens de son œuvre.

Je m’explique ☺

Un Art-iste, « c’est quelqu’un qui essuie la vitre entre le monde et nous avec de la Lumière, avec un chiffon de lumière imbibé de silence.. » (C.Bobin)

Entre douceur et contrastes, chaque Artiste a une sensibilité propre à la Lumière....au dialogue entre celle-ci et l’ombre....à l’espace et sa construction, aux rapports de formes, aux couleurs et matières..... jusqu’à donner sens et corps à ce que son âme perçoit et qu’il retransmet au travers de sa propre matérialité.

La lumière la plus subtile naît d’abord du modèle, de son corps, de son intériorité, de sa peau… puis de la peinture ou des crayons de l’Artiste. Ce corps nu (sans accessoires) parle de lui-même, il est éloquant en silence.

La générosité et l’implication personnelle du modèle, une certaine maladresse, une incertitude ou une éventuelle fragilité…toutes ces choses appartenant au registre du non-dit…sont propices à la recherche émotionnelle ou intellectuelle de l’Artiste face au modèle. Cela renforce l’adhérence intime du modèle au travail de l’Artiste.

L’Art de poser provient de cette qualité de présence et de don de soi, j’en suis convaincue.

Il me plait à penser que les poses sont finalement infinies, debout….permettant de lire clairement l’ensemble de la morphologie de face et de dos….poses assises…évoquant de nombreuses perceptions telles le recueillement, le calme, la provocation, l’agressivité…le mouvement reste aussi à mes yeux essentiels car il permet de saisir l’energie et les impulsion du corps du modèle vivant, de former l’œil de l’Artiste à l’expression de la vie sur sa toile ou son papier.

L’intérieur et l’extérieur se confondent en un tout changeant que tente de s’approprier l’Artiste Je l’imagine changer de place régulièrement, s’approcher, s’éloigner du modèle, parfois oser le très près..lui permettant de lire au-delà des préoccupations techniques.

Dessiner un corps humain, c’est finalement s’asseoir devant un miroir trouble et quelquefois parvenir à entrevoir son âme.

J’aime à penser que le nu rassemble justesse et émotions poétiques, propices à d’autres lectures imaginaires.

En fait, tous les corps enrichissent la palette de l’Artiste même s’il est vrai que certains en particulier le révèle à lui-même. Il doit y avoir ici quelque chose d’exhaltant pour l’Artiste à construire et déconstruire les formes du modèle.

Oui, quelque chose d’exhaltant pour l’Artiste de partir du premier acte de création (celui émanant du modèle – sa pose) pour chercher et rencontrer sa propre vérité créatrice/artistique.

Le visible et l’impalpable, la figuration et le mystère, l’indicible et les réalités physiques se mélangent souvent et participent à l’énigme de l’œuvre dévoilé de l’Artiste, compréhensible après une lente réflexion ou illisible à jamais....

Voir et construire, interpréter et prolonger, lire les espaces et résoudre l’énigme d’une œuvre faite d’absence, de manque, de silence et d’omission.....Voilà ce qui m’est sublime dans l’Art!

Au plaisir de vous rencontrer et de partager votre Art,

Sandra

Croquis 3 Sandra Modele de CroquezNous Constant Kremer

Croquis 1 Sandra Modele de CroquezNous Jean Pirlot

Croquis 2 Sandra Modele de CroquezNous Jean Pirlot

Croquis 4 Sandra Modele de CroquezNous Croquis Corinne Pitet